L'Alopécie : tout savoir sur le sujet et mieux agir

Dernière modification :
Une femme montre le résultat de son alopécie : une touffe de cheveux dans ses mains
L’alopécie est le terme médical pour la perte de cheveux. C’est le nom qui désigne la chute relativement abondante et précoce des cheveux qui apparaît précédemment affaiblie par une obstruction folliculaire. La perte peut être temporaire ou permanente selon la raison. L’alopécie peut affecter les hommes et les femmes, quel que soit leur âge.

Il existe différents types d’alopécie ; la variation dépend de la source où la maladie survient dans le corps, ainsi que de ses causes probables.
Bien que dans certains cas, il ne puisse y avoir de remèdes, de nouvelles options de traitement offrent de l’espoir à la personne atteinte d’alopécie.

Chaque cheveu naît dans un bulbe pileux présent dans les follicules pileux. Ce dernier est une usine miniature où a lieu la division cellulaire.

Au fur et à mesure que les cellules se divisent, les plus anciennes sont poussées à l’extérieur du bulbe et celui-ci se développe comme une tige de cheveu.

Le cheveu passe généralement par quatre phases importantes dans son cycle de croissance : anagène, catagène, télogène et exogène. Essayons de comprendre en détail chacune de ces étapes.

Un schéma qui résume le cycle de vie et de croissance des cheveux
La phase anagène du cycle du cheveu

La phase Anagène

La phase anagène est la période de croissance. Les cellules du bulbe pileux se divisent rapidement, créant ainsi une nouvelle pousse de cheveux. Ils poussent activement à partir de la racine pendant 2 à 7 ans en moyenne avant que les follicules ne deviennent dormants.

Pendant cette période, les cheveux peuvent pousser de 18 à 30 pouces. La durée de cette phase dépend de la longueur maximale, qui varie d’une personne à l’autre en fonction de la génétique, de l’âge, de la santé et de bien d’autres facteurs.

La phase catagène du cycle du cheveu

La phase Catagène

La deuxième partie du cycle est la phase catagène qui est la période de repos ou de transition. Ils cessent de pousser lorsqu’ils entrent dans la phase catagène et restent dans celle-ci pendant environ un mois.

À ce stade, le follicule pileux à partir duquel la mèche s’est développée commence à rétrécir. Cependant, les cheveux ne tombent pas et restent fermes pendant un certain temps. À tout moment, 1 % en moyenne sont en période de repos ou en phase catagène.

La phase Exogène du cycle du cheveu

La phase Télogène

Les cheveux entrent dans la phase télogène, une période de repos où les mèches sont libérées et vont venir à tomber. Elle commence par un temps de repos, où les poils se reposent dans la racine tandis que de nouveaux commencent à pousser en dessous de l’ancien cheveu.

Cette phase dure environ 3 mois. Le follicule reste alors inactif pendant 3 mois, avant que tout le processus ne se répète.

la phase exogene

La phase Exogène

C’est la dernière étape, celle de la chute. Le cheveu est en fin de vie, il est donc remplacé par un nouveau. En suite, le cycle se répète pour repartir sur la première phase : l’anagène.
 

Les dernières infos sur le cycle de vie des cheveux

Chaque follicule pileux est indépendant et passe par le cycle de croissance à des moments différents sinon, tous vos cheveux tomberaient en même temps. Au lieu de cela, vous ne perdez qu’un certain nombre par jour.
 

La perte, l’amincissement et les problèmes de pousse des cheveux peuvent survenir lorsque votre cycle est perturbé. Ce phénomène peut être déclenché par des conditions telles qu’un déséquilibre métabolique, une maladie ou une mauvaise alimentation.

Après cette période, les poils au repos tomberont pour permettre au nouveau cheveu de passer par le follicule. Il n’y a pas lieu de s’alarmer et il s’agit d’un processus naturel qui devrait passer complètement inaperçu. Chaque follicule est indépendant et passe par le cycle de croissance à des moments différents, de sorte que vous ne perdiez pas des plaques de cheveux d’un seul coup.

Les cheveux changent régulièrement

Au cours de notre existence, nous avons environ 25 cycles de croissance des cheveux. Il est important de noter que le nombre total reste généralement constant (pour une personne sans alopécie), même s’ils passent par différentes étapes. Chez un sujet sain, on estime qu’il y a 80 à 90 % de cheveux en phase anagène et 10 à 20% en phase télogène. Cela signifie que 80 à 90 % sont en période de pousse et 10 à 20 % en période de chute.

La pousse des cheveux est également affectée par les changements saisonniers. Par exemple, ces derniers poussent plus rapidement en été qu’en hiver et tombent davantage en automne qu’au cours des autres saisons. Le taux de croissance des cheveux a également tendance à ralentir avec le vieillissement. Ils peuvent pousser jusqu’à une longueur de 36 pouces (environ 91 centimètres) chez les femmes. Il est rare de trouver des cheveux plus grands.

Combien de cheveux perd on chaque jour ?

La perte de cheveux est normale chez tous les individus. Ils tombent chaque jour dans le cadre du cycle de renouvellement naturel de l’organisme. Les recherches ont affirmé qu’une personne perd environ 50 à 100 cheveux chaque jour.

Une personne en bonne santé a entre 80 000 et 120 000 cheveux sur la tête. Les auteurs d’une étude notent que jusqu’à 10 % des follicules pileux sont en phase de repos à un moment donné, ce qui signifie qu’ils sont prêts pour la chute de la mèche.

Les personnes qui se coiffent constamment peuvent davantage en perdre. Les sujets féminins sont susceptibles de perdre plus de cheveux par jour que les hommes. Il est impossible de mesurer objectivement la différence, car le coiffage quotidien à la chaleur et la coloration fréquente jouent un rôle important dans la quantité perdue.

Environ 40 % des femmes perdent des cheveux supplémentaires chaque jour à cause de la façon dont elles les coiffent. Elles sont également plus susceptibles que les hommes de connaître des périodes de perte accrue en raison d’événements de notre existance comme la grossesse et la ménopause.

Quelle est la vitesse de pousse des cheveux ?

Il est vraiment très important de connaître la vitesse moyenne de pousse des cheveux, cela permet de mieux comprendre comment gérer votre chevelure.

Ce temps dépend des différents facteurs comme l’âge, l’hérédité et différents facteurs environnementaux mais on peut estimé celui-ci à entre 1 et 2 cm par mois ou 0,3 mm à 0,5 mm par jour).

Ujne femme montre un chronomètre pour symboliser le temps de chute d'un cheveu

Comment savoir si votre perte de cheveux est dans la limite ?

Il peut être alarmant de regarder son peigne ou la bonde de la douche et de voir une touffe. Non seulement cela pourrait boucher votre canalisation, mais vous pourriez craindre que ce soit le signe d’une chute sérieuse.

Il y a de fortes chances pour que ce que vous voyez ne soit pas un signe inquiétant, et si vous voulez en être sûr, il existe des moyens simples de vérifier à la maison si la perte est anormale.

Test de traction

Pour un simple test à domicile, des études suggèrent de prendre environ 60 cheveux entre les doigts et de tirer un peu en passant les doigts dans sa chevelure. Il est normal de voir 5 à 8 cheveux dans votre main. Mais si vous en avez 15 à 20, vous pourriez perdre plus que la normale.

Les scientifiques expliquent que pour la plupart, 85 % des cheveux sur votre tête sont en phase de croissance, tandis qu’environ 15 % sont en phase de repos, ce qui signifie que 15 % tomberont et laisseront la place à une nouvelle pousse dans un certain laps de temps. Si vous perdez plus de 15 par traction, cela signifie probablement que plus de 15 % des cheveux de votre tête sont en période de repos.

Test du peigne

Voici un autre test à essayer : avant le shampooing, peignez le cuir chevelu de l’arrière du haut de votre tête vers l’avant pendant une minute. Faites-le en vous penchant sur un drap blanc, puis comptez les cheveux sur le drap. Selon une étude publiée, vous devriez en voir environ 10 cheveux.

Il y a cependant des mises en garde pour ces deux méthodes. Les chiffres mentionnés sont approximatifs et peuvent varier selon les personnes ayant différents types de cheveux. En outre, nous avons tendance à en perdre plus en vieillissant, ce qui est normal. Mais l’idée générale est de savoir ce qui est normal pour vous afin de pouvoir dire quand cela a empiré.

Quelles sont les différentes formes d’alopécie ?

Les différentes formes associées à la perte de cheveux sur le cuir chevelu comprennent :

Le logo pour symboliser l'alopécie androgénétique

L'alopécie andro-génétique

C'est une chute de cheveux d'ordre génétique liée à la sensibilité d'une molécule.

Le logo pour symboliser l'alopécie de traction

L'alopécie de traction

A force de tirer sur vos cheveux, vous constatez des parties moins garnies.

Le logo pour symboliser l'alopécie acirconscrite

L'alopécie aérata

Cette alopécie forme des espaces ovales sur votre cuir chevelu ou même ailleurs.

Le logo pour symboliser l'alopécie cicatricielle

L'alopécie cicatricielle

C'est une alopécie rare qui affecte le cuir chevelu ainsi que le follicule pileux.

Le logo pour symboliser l'alopécie saisonnière

L'alopécie saisonnière

Cette alopécie est très connue puisqu'on la subie souvent en automne.

Le logo pour symboliser l'alopécie diffuse

L'alopécie diffuse

Une alopécie qui peut aller au delà du sommet du crâne et même sur tous les poils.

L’alopécie androgénétique

 

L’alopécie androgénétique est la cause la plus fréquente de perte de cheveux affectant tous les individus, quel que soit leur sexe. Elle est génétiquement déterminée et devient généralement visible chez les sujets masculins à l’âge de 20 ans alors que chez les sujets de sexe féminin, c’est à partir de 30 ans.

L’alopécie androgénétique chez l’homme

L’alopécie androgénétique (AAG) chez les hommes est aussi connue sous le nom de calvitie masculine.

La perte de cheveux chez les sujets masculins atteints d’AAG peut commencer à tout moment après la puberté. Elle débute par une récession bitemporale.

La densité a tendance à diminuer avec l’âge. Bien qu’il soit difficile de prédire le schéma de la perte de cheveux chez les jeunes hommes, il est prouvé que ceux qui perdent leurs cheveux au début de la vingtaine en perdent le plus à cause de l’alopécie.

Chez certains, la perte se fait selon un schéma bien défini, en commençant au-dessus des deux tempes. Au fil du temps, la ligne capillaire se rétracte pour former un « M ». Les cheveux s’amincissent également au niveau de la couronne ; près du sommet de la tête, et évoluent souvent vers une calvitie partielle ou complète.

Un cas d'alopécie androgénétique chez un homme

Une alopécie androgénétique chez un sujet masculin où on peut voir des cheveux clairsemés et moins épais.

L’alopécie androgénétique chez la femme

L’alopécie androgénétique chez les femmes cause la perte de cheveux et est susceptible d’être remarquée pour la première fois dans la trentaine et au début de la quarantaine.

Elle se produit à cause des changements hormonaux. La mise en place ou l’arrêt de la pilule contraceptive peut provoquer des changements hormonaux conduisant à l’AAG.

Il est difficile pour elles de devenir chauves. Cependant l’on peut observer une diminution visible de la densité.

Cette condition peut s’aggraver à cause d’une carence en fer ou d’une activité thyroïdienne faible, ce qui entraîne un amincissement supplémentaire des cheveux.

Un cas d'alopécie Androgénétique chez une femme

Une alopécie androgénétique chez la femme où on peut voir une perte de densité sur la « raie » centrale.

L’alopécie de traction

L’alopécie de traction est un type de perte de cheveux où ils s’affinent après un stress prolongé sur le follicule pileux. Elle est plus fréquente autour de la ligne frontale.

Parmi les habitudes qui peuvent la provoquer, on peut citer le fait de tirer les cheveux vers l’arrière en les serrant en haut ou en queue de cheval, et le port de bandeaux serrés au même endroit tous les jours.

Dans l’alopécie de traction, le pilier de la thérapie est la prévention. Il est essentiel d’éduquer les patients sur la nécessité de réduire la tension des cheveux et du cuir chevelu. Un diagnostic précoce et la prévention de l’étiologie permettent une récupération quasi complète de la pousse des cheveux.

Cependant, lorsque l’alopécie de traction est chronique, la majorité des follicules impliqués sont endommagés, ce qui entraîne une alopécie permanente. 
Un cas d'alopécie de traction chez une femme

Une alopécie de traction chez une femme où on peut voir un manque de densité sur les tempes, jusqu’à l’oreille.

L’alopécie areata

Elle se manifeste par la perte de cheveux sous forme de plaques rondes et lisses, qui se produisent dans une ou plusieurs zones limitées du cuir chevelu. Son origine n’est pas claire, mais de plus en plus d’études suggèrent que l’alopécie areata est une maladie auto-immune dans laquelle le corps produit des anticorps contre une partie du follicule pileux.

L’alopécie areata (ou circonscrite), connue sous le nom de pelade se présente généralement sous la forme d’un patch ovale unique ou de plusieurs patchs confluents asymptomatiques ; sans signes évidents ni symptômes de maladie.

Les traits fréquents des taches à la forme de point d’exclamation, qui peuvent être présents à sa marge ; les poils du point d’exclamation sont cassés, courts et se rétrécissent approximativement.

Un cas d'alopécie areata caractéristique avec ses formes ovales

Un sujet atteint d’alopécie aerata (ou alopécie circonscrite)

L’alopécie cicatricielle

L’alopécie cicatricielle ou circulaire fait référence à un groupe de troubles capillaires rares résultant d’une affection qui endommage le cuir chevelu et le follicule pileux. Elle se présente comme des zones de perte de cheveux dans lesquelles le cuir chevelu sous-jacent est cicatrisé, sclérosée ou atrophique.

L’alopécie cicatricielle provoque la destruction des follicules pileux et les remplace par du tissu cicatriciel. Une fois ces derniers détruits, la pousse des cheveux n’est plus possible. Bien qu’il existe différents types d’alopécie cicatricielle, la cause commune est l’inflammation du follicule.

Celui-ci est situé sous la peau. Près de la partie supérieure du follicule vivent les cellules souches et les glandes sébacées, qui sécrètent du sébum. Une fois que les cellules souches et les glandes sébacées sont détruites, les cellules ne peuvent plus se régénérer, ce qui entraîne une perte permanente.

Un cas d'alopécie cicatricielle chez une femme

Une alopécie cicatricielle chez une femme probablement suite à un lichen plan.

L’alopécie saisonnière

La chute de cheveux saisonnière est associée à une perte due à une mue saisonnière, se produisant plus abondamment à certaines saisons de l’année que d’autres.

Si normalement une personne peut perdre entre 100 et 120 cheveux par jour, pendant la perte saisonnière de cheveux, le taux de chute est beaucoup plus important.

Si nous constatons que nos cheveux tombent davantage à certaines périodes de l’année, cela ne devrait pas être une raison de s’inquiéter lorsque celle-ci ne dépasse pas 1 à 2 mois.

Il ne devrait pas y avoir de perte de densité ou de volume notable.

Une femme montre ses cheveux après le brossage en pleine automne

Une alopécie saisonnière où la perte de cheveux est accentuée et généralement sans incidence.

Effluvium télogène

L’effluvium télogène est une anomalie du cycle pilaire, entraînant une perte excessive. Ceux atteintes de ce trouble vont généralement remarquer une quantité accrue de poils sur leur brosse ou leur sol de douche. La perte constante des cheveux peut varier autour de 100 à 300 par jour. 

La cause sous-jacente la plus commune est le stress. D’autres causes incluent certaines affections telles que les maladies de la thyroïde et de l’hypophyse, la prise de certains médicaments et l’accouchement, pour n’en citer que quelques-unes. Seulement, dans plusieurs cas, aucune cause ne peut être définie.

Cette alopécie commence généralement deux à quatre mois après l’événement causal (aigue) et peut durer plusieurs mois (chronique). Contrairement à certaines autres conditions de perte, il est temporaire et la repousse des cheveux est possible.

Les causes courantes de l’alopécie

Certains des facteurs qui influencent la perte de cheveux sont :

  • Les saisons : le printemps et l’automne sont les saisons les plus courantes en matière de chute.
  • Les contraceptifs oraux : la chute peut être accélérée par les effets de l’hormone mâle contenue dans certains contraceptifs.
  • Le manque de fer : Ce problème est plus fréquent chez les femmes, surtout si elles ont des règles longues ou abondantes.
  • Le régime alimentaire : les végétariens, les personnes ayant un régime pauvre en protéines et les patients souffrant d’anorexie peuvent présenter un déficit en protéines. En conséquence de ces carences, dans environ trois mois, il peut y avoir une perte massive.
  • Le post-partum : après l’accouchement, certains cheveux peuvent entrer dans la période de repos et commencer à tomber.
  • Les médicaments : Certains médicaments utilisés en chimiothérapie empêchent les cheveux d’arrêter la division cellulaire. Cela peut entraîner une perte allant jusqu’à 90 %, mais dans la plupart des cas, ils recommenceront à pousser une fois le traitement terminé.
  • L’hérédité : Une raison assez commune est la génétique. On hérite cela de nos parents.

Prévention de la chute des cheveux : stopper l’alopécie

La perte de cheveux ou alopécie, comme on l’appelle en termes médicaux, touche des millions de personnes dans le monde. Des études montrent que la probabilité que l’un d’entre nous perde ses cheveux est beaucoup plus élevée qu’on ne le pense.
Les efforts visant à prévenir la chute doivent donc s’attaquer à toutes les causes connues de cette affection, qu’elle soit héréditaire ou non.

Le type le plus courant est l’alopécie androgénétique, qui se caractérise par une perte  majoritairement chez l’homme mais aussi chez la femme. Cette affection est génétique et est déclenchée par une puissante hormone appelée dihydrotestostérone (DHT). Pour prévenir cette affection l’utilisation de médicaments qui ciblent cette hormone de manière à inhiber son effet négatif (Finastéride) est recommandée, en plus de produits pour les faire pousser (Minoxidil).

L’alopécie diffuse est une autre affection dans laquelle des plaques de cheveux sont perdues lorsque les cellules immunitaires du corps attaquent les follicules et empêchent la croissance. Ce type de perte est heureusement temporaire et les cheveux repoussent généralement une fois le traitement arrêté. L’utilisation d’un chapeau froid pendant la chimiothérapie peut également aider à prévenir la perte totale.

Au cas où vous remarqueriez que la perte de cheveux commence à avoir lieu. Il est important que vous preniez des mesures précoces pour remédier au problème. En effet, certaines causes d’alopécie peuvent être évitées et le traitement arrêté. Ce que nous mangeons est important, surtout si nous voulons avoir suffisamment de vitamines et de fer.

Il peut être nécessaire de prendre des suppléments de ces vitamines si ce que nous prenons dans la nourriture ne fonctionne pas efficacement. Surveiller notre hygiène quotidienne en arrêtant de fumer par exemple et réduire le stress va également contribuer à prévenir l’alopécie. Ne soumettez pas vos cheveux à des teintures, surtout lorsqu’ils sont sujet à la chute. 

Les questions souvent posées

Pourquoi perdons nous nos cheveux ?

Les cheveux ont un cycle de vie (Anagène, catagène, télogène et chute). Les alopécies sont comme une accélération du cycle de pousse . On peut en compter jusqu’à 25 dans une vie.

Combien de cheveux perdons-nous chaque jour ?

Il est normal de perdre environ 50 à 100 cheveux chaque jour. Au delà, on peut être atteint d’une alopécie.

A quelle vitesse les cheveux poussent-ils ?

Les cheveux d’une personne sans alopécie poussent à la vitesse d’un ou 2 centimètres par mois.

Combien de cheveux avons nous sur la tête ?

Une personne qui n’est pas atteinte d’alopécie a entre 80 000 et 120 000 cheveux sur la tête.

Conclusion

Plusieurs problèmes de cheveux sont temporaires et peuvent être traités grâce à des traitements, mesures diététiques et une solution radicale mais permanente : la greffe. Dans certains cas, de bonnes habitudes alimentaires ainsi que la consommation de suppléments de vitamines, de minéraux et d’antioxydants aident à stopper la chute et à retrouver une croissance normale après quelques mois.

Pour plus d’informations sur la perte de cheveux, consultez votre médecin ou votre dermatologue, car les maladies de la peau incluent celles des cheveux et des ongles. Ils peuvent également vous prescrire des traitements adapté.

Ne vous laissez pas influencer par les publicités pour tonique capillaire ou par les spécialistes de la coiffure.

À propos de l’auteur :

Louis
Louis
Atteint d'alopécie Androgénétique depuis 2018, J'ai développé une expertise grâce à mes différents tests de produits. J'ai maintenant une bonne idée de comment gérer la problématique et surtout des produits qui fonctionnent ou pas. Je tiens tout de même à rappeler que je ne suis pas médecin. Ne prenez pas ce que je dis pour "acquis" et consultez un dermatologue.

Vous voulez lutter contre votre alopécie ?

Ça tombe bien, il existe des solutions :

Un homme heureux aux cheveux en bonne santé