Stémoxydine : la cosmetique au service de la repousse

Dernière modification :
Un flacon de Serioxyl avec de la stemoxydine

Pour favoriser la pousse capillaire, l’environnement ambiant des cellules souches pileux doit être hypoxique, donc pauvre en oxygène. Conscients de cela, des scientifiques ont testé de nombreuses molécules, et la Stémoxydine est celle qui s’est démarquée des autres. Capable de mimer un environnement hypoxique, la Stémoxydine pourrait ainsi réveiller les bulbes endormis et provoquer une repousse capillaire.

En France, c’est jusqu’à 13% de la population qui est touchée par la chute de cheveux. Selon l’IFOP, un homme sur quatre serait atteint de calvitie pour seulement 2% des femmes.

La calvitie, ou plus exactement l’alopécie n’est pas qu’une chute de cheveux. En effet, il est parfaitement naturel de perdre des cheveux, cela fait partie du cycle capillaire. Par contre, on parle de chute de cheveux lorsqu’elle se révèle massive et s’étend sur une assez longue période. Au-delà de 100 cheveux par jour en moyenne.

Pour lutter efficacement contre la chute des cheveux, il faut en premier en identifier les causes. Ce sont ces dernières qui permettront de trouver le traitement adéquat.

Les raisons de l’alopécie peuvent être aussi bien toxiques qu’hormonales. L’alopécie peut aussi être due à des prises de médicaments ou à des carences. Malheureusement, il arrive que les causes soient multiples et la chute des cheveux trop rapide.

Dans ces cas des traitements sont envisagés, voire même des greffes capillaires. Depuis 2013, la Stémoxydine est devenue une option de choix pour lutter contre la perte de cheveux. La Stémoxydine est devenu un sérum hair assez efficace, à travers des méthodes comme la matrix biolage, kerastase densifique…  Venez découvrir de quoi il s’agit et comment elle peut vous aider à retrouver une densité capillaire.

Le cycle capillaire

Le cheveu pousse selon un cycle défini, qui comporte trois phases.

La phase anagène :

C’est la période qui déterminera la longueur des cheveux. Durant cette phase, le cheveu pousse et croit en fonction du cuir chevelu. Le bulbe est en agitation, et ses cellules se multiplient rapidement. La vitesse de pousse du cheveu est de 0,3 mm/j pendant cette phase.

Il est néanmoins important de comprendre que la vitesse et la densité capillaire dépendront de la localisation du cheveu sur la tête. C’est normalement sur le sommet de la tête que les follicules pousseront le plus vite.

Cette phase peut durer entre plusieurs mois et plusieurs années. Généralement, il faut compter entre 2 et 5 ans, mais sa durée est fonction de nombreux facteurs.

phase anagène

La phase catagène:

C’est la période qui déterminera la longueur des cheveux. Durant cette phase, le cheveu pousse et croit en fonction du cuir chevelu. Le bulbe est en agitation, et ses cellules se multiplient rapidement. La vitesse de pousse du cheveu est de 0,3 mm/j pendant cette phase.

Il est néanmoins important de comprendre que la vitesse et la densité capillaire dépendront de la localisation du cheveu sur la tête. C’est normalement sur le sommet de la tête que les follicules pousseront le plus vite.

Cette phase peut durer entre plusieurs mois et plusieurs années. Généralement, il faut compter entre 2 et 5 ans, mais sa durée est fonction de nombreux facteurs.

Le cheveu en phase catagène

phase télogène:

Bien que toujours rattaché au follicule pileux, pendant cette phase le cheveu ne pousse pas. Il finit d’ailleurs au bout d’un certain temps, par se détacher et tomber.

Durant la phase télogène, les cheveux tombent progressivement, un processus qui dure entre 2 à 4 mois.

C’est une nécessité pour laisser apparaitre des cheveux plus forts et plus jeunes. La fin de la phase télogène marque le début d’une nouvelle phase anagène et le début d’un nouveau cycle.

Néanmoins, il ne faut pas croire qu’il existe une synchronicité. Chaque cheveu est indépendant et fonctionne selon son propre cycle capillaire. Cela évite de perdre tous vos cheveux en même temps.

La phase Exogène du cycle du cheveu

L’action de la Stémoxydine sur la pousse capillaire

La Stémoxydine est une molécule mise en avant par un important laboratoire cosmétique, et sélectionnée pour son action sur la pousse capillaire. Elle imite un environnement hypoxique, favorable à la pousse capillaire.

Comment agit la Stémoxydine

L’action de la Stémoxydine est directement liée au cycle pilaire. Des recherches scientifiques ont démontré que la pousse capillaire était dépendante du milieu dans lequel évoluent les follicules pileux.

Il a ainsi été démontré qu’un environnement hypoxique, à savoir pauvre en oxygène, était favorable à l’éveil des bulbes en sommeil.

Comme dit précédemment, pendant la phase catagène, bulbes et follicules sont en sommeil.

Un milieu hypoxique se révèle favorable au réveil de ces follicules pileux, et ainsi à une pousse plus rapide des cheveux.

Conscients de cela, des scientifiques ont étudié et recherché des molécules susceptibles de changer le milieu ambiant du cuir chevelu. C’est ainsi qu’a été élaborée la Stémoxydine.

La Stémoxydine ne créée pas plus de cheveux sur le cuir chevelu, elle donne un boost aux cellules souches. Le principe n’est donc pas de faire plus pousser de cheveux, mais plutôt de faire émerger des cheveux de leur racine dormante. La densité capillaire s’en trouve ainsi améliorée.

Pour tester cette molécule miraculeuse, des tests ont été faits. Les scientifiques ont effectué leur expérience sur 101 hommes. 53 d’entre eux se sont massé le cuir chevelu avec une lotion dosée à 5% de Stémoxydine pendant 3 mois. Les 48 autres ont eu droit à l’utilisation d’un placebo.

Trois mois plus tard, on a assisté à une amélioration de la densité capillaire chez le premier groupe. Pas moins de 1700 cheveux révélés à l’issue de cette expérience.

Les causes de la chute de cheveux

Le cycle capillaire n’est pas fixe, et il peut connaitre des variations liées à divers facteurs.

Les éléments endogènes, comme la génétique ou l’âge, peuvent influencer la pousse des cheveux. Certains facteurs génétiques peuvent favoriser ou pas la repousse capillaire.

En dernier, il y a les hormones. Ce sont les facteurs jouant le plus grand rôle dans la perte et la repousse des cheveux.

D’autres éléments, extérieurs à l’organisme, peuvent aussi améliorer ou pas la pousse des cheveux. Il s’agit des nutriments par exemple.

Les causes internes de la chute des cheveux

Parmi les causes internes à la chute de cheveux, les hormones occupent la première place.

Ce sont elles qui sont en cause dans les cas d’alopécies androgénétiques. Ce mal touche en grande partie les hommes, dont l’âge se situe entre 30 et 40 ans. Mais elle n’épargne pas les femmes pour autant. Elles sont près de 25%, entre 25 et 35 ans, à souffrir d’alopécie androgénétique.

L’hormone impliquée dans cette perte de cheveux est la dihydrotestostérone ou DHT.

Une autre hormone, l’epitestostérone, est aussi mise en cause dans les cas d’alopécies androgénétiques.

L’échelle Norwood-Hamilton établit 7 étapes de l’alopécie. C’est un outil reconnu pour estimer la perte capillaire et l’évolution du dégarnissement capillaire.

Mais les hormones ne sont pas responsables que de la chute capillaire. Les hormones masculines sont celles qui sont en cause quand il s’agit de perte de cheveux. Les hormones féminines, par contre, aident à la pousse des cheveux.

Les œstrogènes sont des éléments qui favorisent la pousse capillaire. C’est pour cette raison que les femmes enceintes voient habituellement leur chevelure pousser de façon exponentielle. Pendant la grossesse, les œstrogènes connaissent une grande croissance.

Par contre, une fois la grossesse arrivée à son terme, il n’est pas rare d’assister à une perte brutale des cheveux.

La génétique fait partie des causes d’alopécie les plus difficiles à contrer.

Un exemple d'alopécie androgénétique chez l'homme

Les causes externes de la chute de cheveux

Des facteurs extérieurs peuvent provoquer une alopécie ou une perte partielle de cheveux.

L’alimentation, en premier, influence la pousse capillaire. Une carence en minéraux peut occasionner une perte de cheveux. Le fer, la vitamine B, le silicium et le zinc sont des éléments nécessaires à la santé du cheveu.

Ce sont d’ailleurs des nutriments qu’on retrouve dans la composition de nombreux shampooings et autres produits capillaires.

Habituellement, les personnes souffrant d’anorexie ou de boulimie, ou pratiquant des régimes alimentaires sévères perdent leurs cheveux.

Si la cause de la perte capillaire s’avère être alimentaire, vos cheveux repousseront sans doute une fois votre alimentation stabilisée. La repousse capillaire dépendra grandement de l’importance de la carence. Vous pouvez compter jusqu’à 2 ans, avant de retrouver une pousse capillaire normale et des cheveux en santé.

Le stress et l’anxiété peuvent aussi occasionner des pertes de cheveux plus ou moins importantes.

D’autres éléments externes peuvent aussi être en cause, comme les toxines ou les médicaments.

Les chimiothérapies sont responsables de pertes importantes de cheveux, allant même jusqu’au une disparition complète des cheveux. Il n’est pas rare de devenir chauve pendant un traitement contre le cancer.

Le syndrome d’irradiation aigüe est une des causes de l’alopécie. Des éléments chimiques comme le polonium 210 sont impliqués dans ce type de perte de cheveux.

Il arrive aussi que les changements climatiques entrainent des changements hormonaux. On remarque des pertes de cheveux pendant le printemps et les mois comme août ou septembre. Cela est dû au fait que le soleil accroit la production des hormones stéroïdiennes.

Stémoxydine, Minoxidil ou Aminexil

Le Minoxidil est un produit depuis longtemps approuvé par la FDA pour son action sur la repousse capillaire. Le Minoxidil était en premier utilisé pour l’hypertension artérielle.

Parce qu’il est un vasodilatateur, le Minoxidil améliore la circulation sanguine du cuir chevelu et accélère la pousse capillaire. Pendant une période allant entre 3 et 6 mois, on constate une réelle pousse capillaire.

Malheureusement, une fois arrêté le traitement au Minoxidil, la chute des cheveux reprend. C’est donc un traitement à suivre en continu.

Alors que dans le cas du Stémoxydil, la cure est d’une durée de trois mois.

De plus, quelques effets secondaires, rares heureusement, existent. Des démangeaisons, une sensation de brûlure et, plus rarement encore, des difficultés de respiration.

Le Minoxydil est un traitement reconnu, tandis que la Stémoxydine n’en est, pour le moment, qu’à ses débuts. Il est donc encore trop tôt pour connaitre ses effets secondaires, ou même savoir s’il en a. De plus, ce produit est pour l’instant plutôt onéreux.

Le Minoxidil fait partie des produits de repousse capillaire les plus employés et les plus connus.

Pour ce qui est de l’Aminexil, ce produit est développé par le même laboratoire que celui qui élabora la Stémoxydine. L’aminexil stoppe le durcissement des fibres du collagène des cheveux. De cette manière, l’affinement des cheveux est lui aussi ralenti.

On emploie l’Aminexil pour une cure de 6 semaines, en flacons. Ce produit est idéal dans les cas de pertes ponctuelles de cheveux, lorsque ce sont certaines zones du cuir chevelu qui s’affinent.

Prévenir la chute de cheveux

Pour éviter d’en arriver à une perte anticipée de cheveux, certaines habitudes peuvent s’avérer très utiles.

Soin des cheveux

La manière dont vous traitez vos cheveux influence énormément leur santé. Il est important de prendre l’habitude de faire des massages capillaires, qui amélioreront la circulation sanguine du cuir chevelu.

Les coiffures se doivent d’être aussi souples que possible. Les tresses trop serrées fragilisent l’attache du cheveu, qui à la longue peut se casser.

Évitez l’emploi de sèche-cheveux trop forts, la chaleur ayant tendance à rendre le cheveu cassant. De même, limitez ou évitez les teintures, qui fragilisent la fibre capillaire.

Pensez à nettoyer vos peignes ou autres brosses régulièrement, pour qu’elles ne s’encrassent pas à la longue. Les peignes utilisés dans cet état ne pourront que déposer des salissures sur vos cheveux.

traitement de cheveux

Alimentation et état d’esprit

Les carences sont l’une des causes des pertes capillaires. Il est important d’avoir une alimentation équilibrée pour avoir une belle chevelure.

Veillez à consommer des vitamines, ainsi que des minéraux comme le fer et le magnésium. Pour cela, mangez des légumes verts, des céréales complètes, du poisson et de la viande rouge.

En privilégiant une alimentation variée, vous limiterez les risques de perte capillaire.

L’hydratation tient aussi un grand rôle dans la santé de vos cheveux. Buvez suffisamment d’eau, cela nourrira votre cuir chevelu.

Il est aussi très important de lutter contre le stress et l’anxiété. Ces dernières émotions ont un impact très négatif sur la santé capillaire.

Vous pouvez aussi bien faire du sport que méditer. Tant que cela vous aide à vous détendre, le choix vous appartient.

Conclusion

La perte capillaire est un fléau qui touche l’ensemble de la population, aussi bien les hommes que les femmes. Heureusement, chaque jour de nouvelles découvertes sont faites pour améliorer la vie de ceux qui en sont victimes.

Bien que la Stémoxydine soit un produit encore récent, cette molécule est plus que prometteuse. Elle pourrait se révéler être une alliée de poids pour la repousse capillaire.

Maintenant, vous en savez suffisamment sur la Stémoxydine.

Néanmoins, n’oubliez pas qu’un traitement, pour être efficace, doit aller avec de saines habitudes de vie et une alimentation équilibrée.

De plus, il vaut toujours mieux consulter un spécialiste avant d’entamer une cure, quelle qu’elle soit.

À propos de l’auteur :

Louis
Louis
Atteint d'alopécie Androgénétique depuis 2018, J'ai développé une expertise grâce à mes différents tests de produits. J'ai maintenant une bonne idée de comment gérer la problématique et surtout des produits qui fonctionnent ou pas. Je tiens tout de même à rappeler que je ne suis pas médecin. Ne prenez pas ce que je dis pour "acquis" et consultez un dermatologue.